THE POTATO KINGDOM




...cet album illustre qu’il n’est pas seulement possible mais aussi essentiel de sublimer par l’art les maux dont on hérite...


The Potato Kingdom !
La chanson pop n'a jamais été un territoire typique pour se promener sur des sujets inconfortables tels que les violences domestiques, la dépression ou les maladies mentales. Elle a néanmoins été utilisée, avec différents degrés d'efficacité, par ceux qui n'ont probablement jamais trouvé d'autre territoire accessible, par ceux qui ont besoin de la tension des contraires pour forger de l'intérieur un véritable mode d'expression. Un mode dans lequel ils sont capables d'exploiter cette dichotomie en produisant quelque chose qui est à la fois divertissant dans son esthétique et succinct dans son message. Cet album n'a pas la prétention d'avoir atteint une telle fin, mais avec les moyens mis à la disposition de son créateur, c'était son motif fondamental. De tels moyens ont fait plus que transformer un bloc-notes de gribouillis indiscernables de Ralph en récit musical. La création de cet album illustre qu’il n’est pas seulement possible mais aussi essentiel de sublimer par l’art les maux dont on hérite.





...une telle opportunité se présente et le récit personnel de la lutte est immédiatement modifié...


L'actualisation de la créativité est entièrement à la merci de son environnement. Spasmodique en réaction aux pressions incessantes de la vie, elle est appréhendée dans les brefs moments où une ouverture se présente, les éléments ne s'alignant que rarement pour un lapse de temps conséquent permettant de consolider une œuvre d’art pleinement formée. Et ceux qui subissent cette lutte ne seront pas sans connaître ces tentatives désastreuses semi-formées mort-nées régurgitées qui représentent l'œuvre latente à l'intérieur. Ce temps passe, la société évolue et la seule chose qui manque dans tout le chaos de l'information, de l'inspiration et de l'expérience est un simple cadre, le cadre dans lequel cette énergie créatrice peut marquer ses limites et s'épanouir. Mais parfois, à travers toute l'adversité et la persistance, une telle opportunité se présente et le récit personnel de la lutte est immédiatement modifié.


...pas même une cabine téléphonique parmi les murs de pierre et les rues en pente...


Longformacus Dans un hameau calme des Scottish Borders, il y a une petite maison sur les bords d’un rapide où des écrivains et des artistes du monde entier ont passé des mois dans l'isolement, se perfectionnant dans leurs diverses pratiques sans les distractions quotidiennes du monde moderne. Le hameau n'a pas de commodités publiques à proprement parler, pas même une cabine téléphonique parmi les murs de pierre et les rues en pente, mais le petit chalet abrite une abondance de livres: la bibliothèque personnelle de l'écrivain Gordon Burn, qui a acheté la propriété avec sa femme Carol pour sa propre retraite créative avant de faire don de la maison à la fondation établie en son nom au moment de sa mort. Il y a une pile aléatoire de CD sur le rebord de fenêtre allant de The Collected Works of Glen Gould à The Magnetic Fields’ 69 Love Songs, une cheminée à foyer ouvert, une cuisine et une salle de bains équipées uniquement des plus modestes équipements domestiques, et au fond du jardin un studio d'art éco-construit, à travers les portes duquel le monde extérieur libère son emprise et le monde intérieur enfin devient tangible.




...nous sommes tous souillés dans les rues de Plebeola, du trône à l'abreuvoir...




Longformacus


C'est dans ce studio que The Potato Kingdom a vu le jour, dystopie parallèle à notre réalité commune, stagnante et imprégnée par les médias, un endroit où l'obsession matérielle est sublimée dans un culte quotidien de la pomme de terre, où les aspirations sont réalisées dans le caniveau, où le kitsch devient divin, dégradé de romantisme, où nous sommes tous souillés dans les rues de Plebeola, du trône à l'abreuvoir. Bien qu'il apparaisse comme un mirage au début, une fois les premières marches franchies devant les portes du Royaume, le cadre que Ralph a construit s'ouvre à un domaine inconnu qui promet au spectateur une opulence de riens et une abondance de richesses sans valeur d’échange, l'environnement parfait pour que l'imagination s’épanouisse selon certains.




...le premier album de son genre: Shitpop, une playlist pour la fin de l'histoire musicale...




C’est donc avec autant d'appareils d'enregistrement que l’on peut entasser dans une voiture, dans la solitude la plus profonde avec un régime alimentaire diététique et le mantra quotidien : "ginsei-wa-oimo-sa, atenai-mono-sa" *; que ce monde étrange a été capturé en deux mois sur deux années distinctes, entre la fin de l'hiver et le début de l'été lorsque le microclimat de la vallée de Dye varie de blizzards enneigés à une chaleur exquise. Le résultat a été 14 chansons écrites et enregistrées dans un flot continu, constituant le premier album complet de son genre: Shitpop, une playlist pour la fin de l'histoire musicale.



ralph of london




...le groupe a amené l’album The Potato Kingdom à la vie sous un concept tri-dimensionnel et multi-medium




Entre ces deux sessions, quelques-unes de ces chansons encore brutes ont été écoutées par l'ingénieur personnel de Ray Davies, Josh Green, qui a proposé de mixer l'album, après avoir pressenti une texture sonore pour ce matériau artistique qui aurait toute sa place dans le portfolio des artistes pour qui il a positionné des micros pendant ses années aux studios Konk. L'album fini a ensuite été masterisé par Mazen Murad dans l'un des plus grands mégastudios du monde situé sur les rives du golfe Persique à Doha. church Travaillant à partir de rien ces deux dernières années, Ralph of London s’est depuis entouré de musiciens français Diane, François, Léopold et Maxime, pour former un groupe live et perfectionner son répertoire en jouant en France et au Royaume-Uni. Le groupe a lancé le premier single Hopeless Melody extrait de l’album en mai 2019 et a invité pour l’occasion Richard Clegg pour une installation d’art et Laetitia Sadier(Stereolab) pour un concert intimiste. De cette façon, le groupe a amené l’album The Potato Kingdom à la vie sous un concept tri-dimensionnel et multi-medium. En février 2020, le second single Worlds End sortira et en mars l’album complet. Ralph et Diane travaillent à développer le projet pour toucher une nouvelle audience au-delà de la France et de l’Angleterre et se préparent à de nouvelles sorties courant 2020.


Ralph est originaire de Londres et a passé la plus grande partie de sa vie à développer divers projets musicaux, artistiques et cinématographiques au Royaume-Uni, en France, en Suisse, en Allemagne et au Japon, en tournée en tant que musicien de session dans des groupes pop, composant des bandes sons originales pour des artistes et se produisant dans le cadre de performances dans des galeries d’art.


Oeuvres Notables


• Batteur (studio et live) pour les groupes Go Kart Mozart, Scritti Politti, Ezra Bang & Hot Machine and Proper Ornaments.
• Performance et enregistrement pour Laure Provoust avec installations live au Centre Pompidou de Paris, au Tate et à la Whitechapel Galleries de Londres, composition de la bande son de son film The Wanderer.
• Compositeur et producteur de musique pour l'artiste Ay Wing et le groupe pop Bank Of Joy.

*La vie est une patate. Tout est rien.